Ma grossesse et mon accouchement, je me prépare

La grossesse, on la vit tout·e·s de manières différentes. Longue, intense, riche en émotions, c’est une période qui peut soulever des doutes et des peurs. Pour t’aider à travers ces nombreuses étapes, Intime Idée te propose un large champ de possibilités, pour une grossesse en toute liberté. Sur cette page tu découvriras les applications du Droit qui te concerne, les métiers qui t’entourent et les examens que tu peux rencontrer. 

Comme toutes décisions concernant ton corps et ton intimité, la grossesse est un choix et non une obligation. C’est une décision personnelle que personne ne peut juger, t’imposer ou désapprouver.

Application du droit

Application du droit : ce qui te concerne

Le droit, durant toutes tes prestations de soin, est là pour te protéger et te donner du pouvoir. C’est un outil indispensable dans ton suivi et dans ta préparation à la naissance. Tu n’agiras pas de la même manière en connaissance de cause. Pour mieux comprendre tes droits, voici une liste non-exhaustive d’applications du droit qui te concerne directement.

  • Tu as le droit d’être informé·e

    Pour poser un choix, tu dois avoir reçu toutes les données. Ceci implique que tu sois informé·e sur le déroulement de ta grossesse, de l’accouchement et des complications possibles. Tu dois aussi être informé·e des différents lieux de naissance, des professionnel·le·s qui peuvent te suivre et de toutes les données disponibles sur n’importe quelle intervention qu’on te suggère.

  • Tu as le droit de demander plus d'explications si tu ne comprends pas.

    Si quelque chose te parait flou, dis-le. Le corps médical doit t’expliquer, avec des termes adaptés et de manière neutre les possibilités qui s’offrent à toi. Il ou elle peut te conseiller mais la décision te revient toujours.

  • Tu as le droit de consulter ton dossier médical.

    Si tu veux vérifier certaines informations, tu peux consulter ton dossier médical. Celui-ci doit être complet et tenu à jour par les médecins. Tu peux également en demander une copie.

  • Tu as le droit de refuser une intervention.

    Si après avoir reçu toutes les informations nécessaires à ta prise de décision (entre autres : les causes, les conséquences et les risques), tu décides de ne pas accepter l'intervention, le personnel médical doit respecter ton choix. Si tu n’es pas à l’aise avec les étudiant·e·s, tu peux refuser leur présence et leur intervention.

  • Tu peux manger et boire pendant le travail.

    Pour accoucher, tu auras besoin d’énergie. Tu peux apporter de la nourriture provenant de chez toi (fruits secs ou boissons sucrées par exemple). Par contre, il est déconseillé de manger et boire en cas d’intervention avec anesthésie, car cela peut entrainer des complications.

  • Tu as le droit d'être soulagé·e dans ta douleur.

    C’est un droit humain fondamental. Ta douleur, tu es le ou la seul·e à la ressentir et c’est toi qui décides ce qui est supportable ou inconfortable. Chacun a un autre rapport à la douleur et c’est toi le ou la chef·fe d’orchestre.

  • Tu dois respecter l'équipe médicale, et inversement.

    Inutile de le préciser, une relation médicale est une relation humaine qui doit se dérouler dans le respect et l’écoute. C’est une condition essentielle pour créer un environnement de confiance et de dialogue.

  • Tu dois communiquer clairement toutes les informations nécessaires à ton suivi.

    Communique toutes les informations qui te semblent pertinentes.

  • Tu dois construire une relation de qualité et de bienveillance avec l’équipe médicale.

    Ton implication dans ton suivi est primordiale. C’est un travail d’équipe entre toi (et ton ou ta partenaire) et le corps médical visant un objectif : ton bien-être et celui de ton bébé.

Source : Brochure de la Plateforme Pour Une Naissance Respectée et Loi du “Droit du patient”.

Projet de naissance

Le projet de naissance

Le projet de naissance c’est avant tout ton projet. Il s’agit d’un document dans lequel tu vas communiquer à l’équipe qui te suit tes envies et tes besoins afin que tout se passe bien le jour J. Le projet de naissance n’est en aucun cas un contrat, il ne possède pas de valeur légale mais c’est un outil de communication entre toi et le corps médical.

Cette liste répertorie tes préférences sur un grand nombre d’aspects : la péridurale, la manière de t’encourager, ta position pour l’accouchement, la lumière dans la pièce, le silence ou pas autour de toi, le fait de vouloir prendre un bain, de vouloir manger et boire ou de ne pas vouloir d’épisiotomie. En réalité, cette liste peut reprendre énormément d’attentes que l’équipe médicale tentera de respecter au maximum le moment venu.

De plus en plus utilisé dans les services hospitaliers, le projet de naissance connaît un certain succès. Il faut néanmoins rester réaliste sur ce que l’équipe de la maternité pourra/devra faire. Ce document n’est absolument pas un impératif et tu es libre de communiquer à ta manière (par écrit ou oralement) avec l’équipe médicale. C’est une option à explorer pour être plus active dans ta préparation à la naissance.

 

Les métiers qui m'accompagnent

Plusieurs métiers entourent la pratique de la gynécologie-obstétrique. Tous différents mais toujours complémentaires, une véritable équipe pluri-disciplinaire peut t’accompagner avant, pendant et après ta grossesse. Le choix de consulter un ou une praticien·ne t’appartient entièrement et doit être fait en connaissance de tes droits et devoirs. C’est aussi l’occasion de découvrir d’autres approches et d’autres conceptions de la naissance à travers différents métiers. Tu peux consulter ici une liste non-exhaustive de ces métiers. N’oublie pas que tu as le droit de consulter la personne de ton choix, et d’en changer si tu le désires, ou si celle-ci ne correspond pas à tes besoins et attentes.

Sage-femme

Un métier parfois oublié dans les maternités et le suivi gynécologique en général : les sage-femmes. Elles occupent pourtant un rôle crucial en obstétrique dans la préparation à la naissance. Proches des mamans (et de leur partenaire), ils ou elles ont une approche qui se concentre plus sur l’aspect physiologique tandis que les gynécologues se spécialisent davantage en pathologie. De ce fait, les sage-femmes pourront proposer d’autres solutions et méthodes pour les accouchements. C’est définitivement un ou une partenaire de grossesse à ne pas oublier car leur travail complète celui des gynécologues.

Tu veux en savoir plus sur les sage-femmes ? Tu peux consulter le site de l’Union Professionnelle des sage-femmes de Belgique.

Gynécologue-obstétricien​

Quand on parle gynécologie, les gynécologues sont les premières personnes auxquelles on pense. C’est un poste particulier car ils ou elles arrivent en général en fin de parcours, interviennent peu et posent des actes très techniques. Leur expertise est pourtant essentielle dans certaines situations difficiles et ce métier est en pleine évolution aujourd’hui, pour s’adapter au mieux aux besoins de patient·e·s. Leur apport est un plus dans le suivi de la grossesse et permet un accompagnement de qualité. 

Kinésithérapeute​

Les kinésithérapeutes accompagnent les patient·e·s dans leur préparation à la naissance, avant et après l’accouchement. Leur rôle est de préparer physiquement et mentalement au challenge qu’un accouchement peut représenter. Chaque praticien·ne a sa propre méthode mais le ou la kinésithérapeute recherche essentiellement le confort et le bien-être physique. C’est un travail collaboratif et personnel qui unit les patient·e·s et leur kinésithérapeute. 

Assistant·e social·e​

Leur rôle se veut englobant et personnalisé. L’assistant·e social·e peut être le lien entre la personne en questionnement et le corps médical. Son apport a pour finalité une plus grande autonomie. Ils ou elles orientent les personnes en fonction de leur besoin. Ils ou elles accompagnent tout en restant neutres mais encouragent les patient·e·s dans leur processus d’émancipation. 

D’autres métiers et techniques peuvent t’aider durant ta grossesse et pour ton accouchement. Parmi celles-ci, on compte entre autres le yoga prénatal, l’haptonomie, l’acupuncture, la sophrologie et la préparation affective à la naissance. Tu peux en apprendre plus sur ce site

 

Quels examens ? Quand ?

Quels examens dois-je faire ? Et quand dois-je les faire ?

Durant ta grossesse, tu peux être suivi·e par plusieurs praticien·ne·s, de manière régulière. À chaque visite, le ou la professionnel·le peut suivre tes paramètres de santé de base et pratiquer quelques examens récurrents, comme le test d’urine, la pesée, la prise de tension et de sang, le monitoring et la mesure de la hauteur utérine. Chaque trimestre possède également son lot d’examens particuliers.

Premier trimestre 
12ème semaine : première échographie (permet de déterminer la date de ton accouchement). Possibilité de faire des tests de dépistage d’anomalies génétiques.

Deuxième trimestre 
22ème semaine : deuxième échographie (découverte du sexe du bébé). Possibilité de dépister le diabète de grossesse.

Troisième trimestre 
32ème semaine : troisième échographie (pour suivre le développement du bébé). Frottis vaginal de dépistage du streptocoque de groupe B.

Quelques examens complémentaires sont possibles : la détection de la trisomie 21, une amniocentèse et d’autres examens plus poussés si tu présentes une grossesse dite “à risque”. La fréquence des échographies peut alors augmenter pour le bon suivi de ta grossesse.  

Tu veux en savoir plus sur les examens durant ta grossesse ? Intime Idée te conseille de visiter ce site

Encore plus de choix, encore plus de liberté !
Intime Idée t’encourage à aller plus loin dans ta préparation à la naissance