Ma santé intime : j'agis

Cette section a pour but de t’informer sur les différentes infections sexuellement transmissibles, les moyens de protection contre celles-ci et les méthodes contraceptives. Intime Idée ne se veut pas parfait mais tente d’apporter l’information la plus complète possible, en vulgarisant les savoirs scientifiques afin que tu puisses te les réapproprier. 


Des contenus sont continuellement mis à jour et rajoutés. Dans cette optique, nous t’invitons à nous communiquer toutes les informations, remarques ou contenus que tu voudrais voir dans cette section. Ensemble, construisons un savoir complet et spécifique au plus grand nombre. 

Infections sexuellement transmissibles (IST) et autres pathologies gynécologiques

Les infections sexuellement transmissibles et autres pathologies liées à la gynécologie ne sont pas toujours visibles. Elles peuvent impacter ta santé intime et chambouler son bon fonctionnement. Si elles ne sont pas traitées, les conséquences peuvent être importantes (stérilité ou cancers). Elle doivent donc être traitées avec une attention particulière. Les symptômes diffèrent d’une personne à une autre et sont souvent inexistants. Il est donc primordial que tu te fasses régulièrement dépister, que tu écoutes ton corps et que tu te renseignes sur les différents diagnostiques en vue de choisir le traitement le plus adapté.

Pour te faire dépister, il suffit d’une prise de sang, d’un test urinaire, d’un prélèvement vaginal, d’un frotti et/ou d’un examen visuel des parties génitales. Si tu veux tout savoir sur les IST, leur mode de transmission, les dépistages, traitements et moyens de prévention, tu peux consulter le site depistage.be

Voici une liste non-exhaustive des différentes IST et pathologies gynécologiques :

IST due à la bactérie chlamydia trachomatis

La plus fréquente en Belgique, surtout chez les 15-34 ans. 

Généralement asymptomatique, les symptômes suivants peuvent apparaitre 1 à 3 semaines après la contamination : 

  • Pertes vaginales inhabituelles, douleur dans le bas-ventre et irritation de la vulve

IST due à la bactérie gonocoque, aussi connue sous le nom de chaude-pisse ou blennorragie.

En hausse constante, surtout chez les hommes âgés entre 20 et 34 ans. 

Généralement asymptomatique, les symptômes suivants peuvent apparaitre 2 à 5 jours après la contamination : 

  • Pertes vaginales anormales, douleur dans le bas-ventre et irritation de la vulve
  • Sensation de brûlure en urinant
  • Douleur à la gorge et douleur anale (souvent avec écoulement de liquide)

IST due à la bactérie Treponema pallidum.

La syphillis connaît 3 stades qui présentent des symptômes spécifiques, découvre-les ici.

La mycose vaginale est provoquée par un déséquilibre du milieu vaginal. Cela peut être provoqué par une hygiène intime trop agressive ou insuffisante, la transpiration, des sous-vêtements inadaptés, une prise d’antibiotiques ou encore un changement de contraception. 

Les symptômes suivants apparaissent 2 à 20 jours après la contamination :

  • démangeaisons
  • pertes vaginales blanches, grumeleuses, blanchâtres
  • brûlures
  • inflammation du gland

Infection bactérienne provoquée par le parasite Tricomonas vaginalis.

La plus répandue dans le monde, principalement chez les femmes, et celle qui augmente le plus le risque d’attraper le VIH/SIDA ! 

 Les symptômes d’une infection au Trichomonas apparaissent entre 5 et 28 jours après contamination et sont les suivants : 

  • changement de la texture et de l’odeur des pertes vaginales (odeur de poisson, plus épaisses,…)
  • démangeaisons
  • sensation de brûlure
  • douleurs en urinant

La vaginose bactérienne est un déséquilibre de la flore bactérienne vaginale.

Elle est peu connue et les modes de transmission ne sont pas uniquement sexuels. 

Les symptômes se traduisent par des sécrétions vaginales mal odorantes, de couleur grisâtre, collantes, ainsi qu’une forte odeur de poisson lors de l’exposition au sperme.

NB : cette section étant en construction, nous t’invitons à prendre contact avec nous via notre formulaire afin de nous aider dans la rédaction de ces contenus. 

Bien choisir ses protections et moyens de contraceptions

Si tu as peut-être souvent entendu parler du préservatif et de la pilule, il existe pourtant une large variété de protections contre les IST et moyens contraceptifs. Il est de ton droit d’être correctement informé·e à propos de ceux-ci afin de pouvoir choisir ce qui te correspond le mieux. Note également que ton corps évolue au fil du temps et il est plus que probable qu’un moyen de contraception ne te convienne pas (saignements abondants, prise de poids, migraines, nausées, seins douloureux), il est donc dans ton intérêt d’écouter ton corps et d’adapter ton moyen de contraception en fonction de ton mode de vie.

Protections contre les IST​

Elles permettent de te protéger des infections et maladies sexuellement transmissibles en cas de rapport sexuel. Fais toujours attention à ce qu’elles ne soient pas percées ou périmées.

Permet d’empêcher les spermatozoïdes d’entrer dans le vagin. Peut également être utilisé durant le sexe oral afin de prévenir les IST.
 
S’enfile sur le pénis avant la pénétration. Généralement en latex même s’il est possible d’en trouver sans.
 
+ Protège efficacement contre les IST, s’achète sans ordonnance, inodore et hypoallergénique (pour ceux sans latex) 
 

Peut modifier les sensations pendant le rapport sexuel, peut être compliqué à mettre au début

Précautions
N’utilise que les préservatifs portant le label CE.
Les préservatifs parfumés ne servent qu’au sexe oral.
Il est fortement déconseillé d’ouvrir l’emballage avec les dents ou de le ranger dans une poche avec des objets pouvant l’abîmer (par exemple des clés). 

Moyen qui empêche la transmission des affections entre les muqueuses, et des spermatozoides jusqu’aux ovaires. Peut également être utilisé durant le sexe oral afin de prévenir les IST.
 
Se place dans le vagin (préservatif avec anneau) ou dans l’anus (préservatif sans anneau). Fait en polyuréthane. Peut être porté jusqu’à 8h maximum, tu peux donc le mettre plusieurs heures avant le rapport.
 
+ Protège efficacement contre les IST, s’achète sans ordonnance, inodore et hypoallergénique (pour ceux sans latex) 
 

Peut modifier les sensations pendant le rapport sexuel, peut être compliqué à mettre au début

Précautions
N’utilise que les préservatifs portant le label CE.
Les préservatifs parfumés ne servent qu’au sexe oral.
Il est fortement déconseillé d’ouvrir l’emballage avec les dents ou de le ranger dans une poche avec des objets pouvant l’abîmer (par exemple des clés). 

Moyen de protection contre les IST. Te protège en cas de rapport buccoanal ou buccogénital. Se présente sous la forme d’un carré en latex qui se place sur la partie en contact avec la bouche.

+ Possible de le fabriquer toi-même avec un préservatif, facilement utilisable, protège efficacement contre les IST.

Peut parfois modifier les sensations au moment du rapport.

Contraception hormonale​

Les contraceptifs hormonaux permettent d’éviter une grossesse mais ne protègent pas contre les IST ni contre le VIH/SIDA. Veille à l’utiliser de manière régulière et en combinaison d’une protection contre les IST. Composés d’oestrogènes et/ou de progestérone, ces hormones peuvent rendre ta vie plus facile, mais ne conviennent pas à toutes les personnes.

Moyen de contraception qui permet de bloquer l’ovulation et d’éviter une grossesse non désirée.
 
La pilule combinée avec 2 types d’hormones (progestatif + oestrogène) → Se prend chaque mois pour une durée de 21 jours avec une pause de 7 jours entre deux plaquettes.
La pilule sans oestrogènes → Se prend chaque mois pour une durée de 28 jours. Pas d’interruption entre deux plaquettes.
 

+ Permet d’avoir un cycle menstruel régulier, possible d’éviter l’apparition des règles en ne faisant pas d’interruptions entre deux plaquettes, moyen de contraception fiable s’il est pris sans oubli, peut être utilisée pour régler des problèmes hormonaux (acné, règles douloureuses ou irrégulières).

Importance de la prendre tous les jours sans oubli, enchaîner les plaquettes peut créer un “spotting” (de légers saignements vaginaux censés être inodores et indolores).

Précautions
Elle est moins efficace en cas de diarrhée ou vomissement.

Contraceptif qui permet de bloquer l’ovulation. Se place sur le bras chaque semaine. Diffuse deux hormones : l’estradiol et le progestatif.
Se pose durant une période de trois semaines avant de faire une pause durant laquelle les règles réapparaîtront.
 
+ Permet d’avoir un cycle menstruel régulier, empêche la réapparition des règles si tu ne fais pas d’interruption entre les patchs, facile à poser.
 

Il ne faut pas oublier de le mettre, sa fiabilité diminue au-delà de 90kg, il est visible sur le corps.

Précautions
Il est possible que ton patch se décolle. Dans ce cas, tu as 24h pour le repositionner ou en mettre un nouveau.
Moyen de contraception qui permet de bloquer l’ovulation. Fait en plastique poreux et s’insère dans le vagin. Contient deux hormones : de l’estrogène et un progestatif.
Se porte durant 3 semaines puis doit être retiré une semaine pour laisser les règles réapparaître.
 
+ Peu concentré en hormones mais tout aussi fiable que les autres contraceptifs hormonaux, permet d’avoir un cycle menstruel régulier, permet d’empêcher l’apparition des règles en ne le changeant que toutes les 4 semaines, efficace même en cas de diarrhée ou vomissements.
 
Peut parfois être dérangeant au moment du rapport.
 
Précautions
Si l’anneau sort de ton vagin tu peux le remettre si cela fait moins de 3h. Au-delà de cette durée change l’anneau et garde le 3 semaine. Pense à utiliser un préservatif durant les 7 jours qui suivent la perte de l’anneau.
Contraceptif qui permet d’empêcher l’ovulation pendant une durée de 3 ans. Placé sous la peau du bras à l’aide d’une aiguille. Doit être mis par un·e praticien·ne.
 
+ Très fiable, censé être indolore et sait se faire oublier, peut être retiré à tout moment.
 
Peut faire prendre du poids, au delà de 80kg il doit être changé plus régulièrement, peut provoquer de l’acné, influence le cycle menstruel (possibilité de ne plus avoir de règles ou d’en avoir des plus longues), risque de spotting (légers saignements vaginaux censés être indolores et inodores)
Moyen de contraception qui permet d’empêcher la fécondation. Se présente sous la forme d’un dispositif en forme de T. Doit être installé dans l’utérus par un professionnel.
Diffuse des progestatifs. Efficace entre 3 et 5 ans.
 
+ Méthode de contraception très fiable, permet d’avoir peu voire pas de règles, tu peux en avoir un à tout âge, même si tu n’as pas eu d’enfants.
 
Possibilité que le fil du stérilet te gêne toi ou ton ou ta partenaire, la moment de la pose peut être douloureuse.

Contraception non-hormonale​

Les contraceptifs sans hormones permettent d’éviter une grossesse mais ne protègent pas contre les IST, veille à toujours les combiner avec une protection en cas de rapport. Ce sont des méthodes que les patient·e·s utilisent pour contourner la prise de contraceptifs hormonaux (qui ne conviennent pas à tou·te·s). 

Contraceptif qui permet de neutraliser les spermatozoïdes. Peut être vendu sous forme de gel, de mousse ou encore d’ovule à placer au fond du vagin.
Peut être utilisé à différents moments en fonction du type de spermicide. Durée d’action précise (60 minutes pour les ovules, 8h pour les crèmes).
 
+ S’obtient facilement et sans ordonnance.
 
Peu fiable (entre 18 et 29% d’échecs de contraception), ne doit pas être utilisé seul, pas toujours facile à utiliser.
 
Précautions
Ne pas l’appliquer en cas d’IST, de mycose vaginale, d’infections urinaires à répétition ou de plaie dans le vagin.
Évite de l’utiliser si tu prends des médicaments par voie vaginale.
Après utilisation, évite le savon pendant les 8h qui suivent, cela risquerait de rendre le spermicide inactif.
Si tu prends un traitement à base d’injections vaginales, attend 6h après le rapport avant d’en faire une.

Contraceptif qui a pour but d’empêcher le passage des spermatozoïdes vers l’intérieur de l’utérus. Se présente sous la forme d’une coupe en silicone qui se place à l’intérieur du vagin.

+ Permet d’avoir plusieurs rapports à la suite sans l’enlever (pense à remettre du spermicide entre chaque rapport), réutilisable (si bien nettoyée), n’est pas censée se faire sentir.

Doit être gardée 6h minimum, peu fiable (doit être combinée avec un autre contraceptif), peut être compliquée à utiliser au début.

Moyen de contraception qui empêche les spermatozoïdes de féconder l’ovule. Se présente sous la forme d’une coupelle en silicone ou en latex qui se place au fond du vagin.

+ Permet d’avoir plusieurs rapports à la suite sans le retirer (pense à remettre du spermicide entre chaque rapport), réutilisable (si bien nettoyé), n’est pas censé se faire sentir.

Doit être gardé 6h minimum, peu fiable (doit être combiné avec un autre contraceptif).

 
Moyen de contraception qui permet d’empêcher la fécondation. Se présente sous la forme d’un dispositif en forme de T qui doit être installé dans l’utérus par un professionnel.
Efficace 5 à 10 ans.
 
+ Très fiable, moins d’effets secondaires négatifs qu’avec une contraception hormonale, tu peux en avoir un à tout âge, même sans avoir eu d’enfants.
 
Possibilité que le fil te gêne toi ou ton ou ta partenaire, la pose peut être douloureuse, peut rendre les règles plus longues et abondantes.
Conseils

Solution d’urgence : la pilule du lendemain
Si tu as eu un rapport à un risque, ou que tu doutes de l’efficacité de ton moyen de contraception, tu as la possibilité de prendre cette pilule. Elle contient une forte dose d’hormones et te permet d’éviter une grossesse. Il en existe deux types :

La pilule que tu peux prendre jusqu’à 72h après le rapport.
La pilule que tu peux prendre jusqu’à 120h après le rapport.

Attention cependant, comme les autres contraceptifs hormonaux, celle-ci peut avoir des effets secondaires. De plus, elle ne te protège pas pour une longue durée, suite à la prise tu dois donc te protéger à nouveau.

Contraception naturelle

Une contraception naturelle, c'est possible ?

L’offre des moyens de contraception a explosé ces dernières années pour répondre à une demande de diversité toujours plus grande. Certain·e·s patient·e·s réclament plus de liberté dans leurs choix et une réappropriation de leur corps et se tournent vers les méthodes dites naturelles pour gérer leur contraception. La volonté de contrôler son cycle va de paire avec la volonté d’en finir avec les méthodes “conventionnelles” (hormonales et non-hormonales). Certain·e·s patient·e·s veulent un retour au naturel grâce à une contraception non médicamenteuse, non artificielle, tout en étant efficace, confortable et peu risquée.


Il est important de prendre en compte le taux d’échec élevé (estimé à 30 à 40% selon les méthodes) et le caractère contraignant de certaines de ces méthodes.  

Méthode d’Ogino, ou du calendrier
Cette méthode repose sur des calculs statistiques. Il s’agit d’étudier plusieurs cycles au préalable, afin de pouvoir déterminer la période où tu seras la plus fertile. Cette méthode nécessite d’avoir des cycles très réguliers, c’est pour cela qu’elle est la moins fiable. 

Méthode thermique
Il s’agit de calculer la période de fertilité sur base de tes températures corporelles. La période fertile se situe pendant les jours où la température de ton corps est supérieure de 0,2 à 0,5°C par rapport aux autres jours. Cette méthode nécessite donc que tu prennes ta température tous les matins à la même heure et elle est moins fiable lorsque tu es malade, stressée ou que tu as un dérèglement quelconque.

Un exemple à consulter : Ladycomp

Méthode de la glaire cervicale, dite “Billings”
Cette méthode nécessite un peu plus d’expertise car elle repose sur l’observation de la glaire cervicale (pertes vaginales). Pendant la période d’ovulation, cette substance est plus fluide et poreuse. A l’inverse, elle s’épaissit et sert de barrière naturelle aux spermatozoïdes. Cette méthode ne prend pas en compte d’autres facteurs pouvant modifier la glaire, elle n’est donc pas totalement fiable.

La combinaison de ces trois méthodes peut être une bonne alternative.

Peu importe la méthode que tu choisis, l’important est qu’elle corresponde à ton mode de vie et à ta gestion de la contraception. Si tu as d’autres méthodes dites naturelles à partager avec nous, nous t’invitons à prendre contact via ce formulaire.

Contraception définitive : la stérilisation

Cette section arrive bientôt !

Un contenu, une idée, une remarque à nous partager? Tu peux prendre contact avec nous ici.

En construction...

Je souhaite pratiquer une interruption volontaire de grossesse

Cette section arrive bientôt !

Un contenu, une idée, une remarque à nous partager? Tu peux prendre contact avec nous ici.

En construction...

Si tu es enceinte et que tu souhaites avorter, nous t’encourageons à aller consulter ce dossier de la plateforme de la Fédération des Centres de Planning Familial des FPS qui est très complet.